Depuis le 1er février 2018, Angers est la ville française avec la plus haute distinction au sein du label Ville Active et Sportive avec quatre lauriers récoltés. Cependant, Angers mérite-t-elle cette distinction ? Qu’en est-il des villes avec trois lauriers ? Angers a-t-elle quelque chose en plus que les autres ?

Quatre lauriers ont été accordé à Angers dans le cadre du label Ville Active et Sportive. Ce label est délivré par le Conseil National des Villes Actives et Sportives (CNVAS), dont les membres fondateurs sont l’Association Nationale Des Elus en charge du Sport (ANDES) et l’UNION sport & cycle, sous le patronage du Ministère des Sports.

Toutes les villes métropolitaines ainsi que celles d’Outre-Mer sont invitées à y participer. Il n’y a aucune restriction de taille ou de situation géographique. La participation est gratuite et le label est valable pour deux ans à compter du jour de son obtention.

Angers a reçu quatre lauriers, elle a donc atteint le plus haut palier du label. Afin de déterminer le nombre de lauriers attribués à une ville, le jury doit suivre des critères bien précis. Ainsi, pour avoir un laurier, la ville doit proposer des infrastructures et des pratiques sportives diversifiées. Pour obtenir deux lauriers, la ville doit utiliser, en plus des critères du premier niveau, des parcs d’équipements sportifs ainsi que des espaces de nature qui sont en corrélation avec l’offre sportive proposée. Pour acquérir trois lauriers, la ville doit, en plus des exigences des niveaux un et deux, proposer une offre sportive innovante, des actions de citoyenneté et prendre en compte les spécificités du territoire. Enfin, pour atteindre le plus haut niveau, la ville doit disposer des demandes du niveau précédent mais surtout d’une politique sportive qui s’implique dans la politique globale de la commune. En d’autres termes, la politique sportive doit avoir un impact sur le tourisme, la santé ou encore la mobilité au sein de la ville.

De façon générale, le dossier de candidature doit être composé d’un rapport complet sur des critères d’évaluation précis. Il y a tout d’abord la motivation de la candidature au label. De façon détaillée, il s’agit des principales raisons qui ont motivé l’équipe municipale à s’engager dans le processus de labellisation. Il est possible d’y indiquer les enjeux attendus en termes de valorisation du territoire et préciser les conditions d’utilisation et de valorisation du label. Ensuite, il faut décrire la politique publique et sportive de la ville mais également définir les publics qui bénéficient de ces politiques. Il faut présenter la ville afin que le Comité de Labellisation dispose d’une vision globale des points forts et des enjeux de la ville. La politique publique sportive devra également être décrite et mise en relation avec les réalités économiques, géographiques et démographiques du territoire. Cette présentation est à mettre en lien avec l’état des lieux des infrastructures sportives (équipements, sites et espaces de pratique…). Il est possible de préciser si les actions détaillées s’inscrivent dans des objectifs spécifiques (éducation, handicap, citoyenneté, féminisation, santé, développement durable, mobilité, etc). Enfin, les candidats doivent présenter les aménagements ainsi que les projets d’aménagements sportifs prévus par les municipalités. Les initiatives sportives innovantes sont plus que demandées. On peut présenter une ou plusieurs actions innovantes, en matière sportive, toujours à partir de données chiffrées et quantifiables. Tout type d’action peut être présenté, quel que soit le profil du public ciblé (scolaires, seniors, jeunes, jeunes filles, femmes, personnes en situation de handicap, personnes socialement défavorisées, actifs, jeunes parents…). Toutes les actions présentées devront avoir eu lieu au cours des 3 dernières années, ou être en cours de réalisation.

Pour les villes déjà labellisées et soumettant un nouveau dossier de candidature afin de conserver ou améliorer leur niveau de labellisation, l’accent devra être mis sur la mise à jour de la politique sportive et de la promotion de nouvelles actions.

Tous ces critères permettent-ils alors de justifier les quatre lauriers détenus par la ville d’Angers ? Il est vrai que, lorsque l’on observe la vie sportive de la ville, Angers semble mériter ses lauriers. La ville présente en effet une offre sportive très diversifiée. Si l’on en croit les chiffres de la mairie, Angers comporte 90 disciplines sportives différentes ainsi qu’environ 36 000 licenciés au sein de clubs sportifs, tout  cela pour environ 153 000 habitants. A première vue, ces chiffres paraissent impressionnant. 

Cependant, lorsque l’on compare Angers avec d’autres villes, il n’y a pas de réelle différence. Par exemple, si l’on compare Angers avec des villes de taille similaire, on observe une certaine homogénéité. Le Mans comporte plus de licenciés (41 000) pour un nombre d’habitants légèrement inférieur par exemple. SI l’on confronte le pourcentage de licenciés sportifs avec ces villes de taille similaire, Angers n’est que troisième (23%), derrière Clermont-Ferrand (24%) et Le Mans (27%). Ce n’est donc pas sur le nombre de licenciés sportifs qu’Angers fait la différence.

Qu’en est-il si l’on compare Angers avec des villes ayant obtenu trois lauriers ? Ici, la ville supplante ses concurrentes. Avec ses 90 disciplines représentées, elle propose une offre sportive bien plus diversifiée que Toulon (67) ou encore Lille (60). Angers domine également le classement sur la proportion de la population pratiquant une activité sportive régulière (en club ou non). Toujours d’après des rapports de la mairie d’Angers, environ 50% de la population angevine pratique régulièrement du sport. Elle domine alors Metz (30%) et encore Lille (42%). Angers montre donc sa suprématie sur des villes ayant juste un laurier de moins. Mais cela est-il suffisant pour justifier ses quatre lauriers ?

Il semblerait qu’il y ai autre chose. Quelque chose en plus. Cela pourrait bien être un état d’esprit résolument tourné vers le sport. Nous pouvons prendre comme meilleur exemple la présence de La Dalle Angevine, unique en France. Cette association promeut le sport angevin à l’aide d’articles ou en supportant des sportifs angevins de haut niveau. Il y a également la tenue d’événements sportifs autour de disciplines méconnues. Ainsi, en février 2019, la ville a accueilli le premier championnat de France de football gaélique, très peu connu du grand public.

Toute cette effervescence autour du sport, encouragée par des programmes de rénovation et de construction d’infrastructures sportives comme Angers Sport 2020, a créé un état d’esprit sportif chez les angevins. C’est cet état d’esprit qui a fait la différence dans l’attribution du label Ville Active et Sportive et qui a permis à Angers d’être seule avec quatre lauriers.

Share This